Les deux jeunes ont maintenu qu'ils n'avaient pas tiré ce soir-là avec les mortiers.

La relaxe pour deux jeunes Saint-Polois après les tirs de mortiers d’artifices le 14 juillet dernier. Ils étaient jugés en fin de semaine dernière au tribunal de Dunkerque et comparaissaient pour violences aggravées et outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique.

Un bref rappel des faits. Le 14 juillet dernier, une quinzaine de jeunes se réunissent dans un parc de Saint-Pol avec des mortiers d’artifices. Seulement, l’ambiance est plutôt tendue ce soir-là. Dans un autre quartier, les policiers ont été pris pour cible avec ce même type d’appareils. Résultat, lorsque quelques feux d’artifices sont tirés par cette bande de jeunes, la situation dégénère. Selon les policiers, ils sont pris pour cible, les jeunes s’enfuient. Et cinq personnes sont finalement interpelées, dont un mineur.

Ce sont donc deux d’entre eux, deux jeunes majeurs, qui comparaissaient au tribunal de Dunkerque. A la barre, ils expliquent qu’ils faisaient bien partie de la quinzaine de jeunes réunis ce soir-là. Ils reconnaissent qu’il y avait des mortiers d’artifices sur place mais nient avoir tiré avec, que ce soit en direction du ciel ou des policiers. Des explications qui n’ont pas convaincu le procureur, qui a requis 6 mois d’emprisonnement. Mais rien, dans le dossier, ne prouve que ce sont bien eux les individus qui ont tiré les avec les mortiers. Ils ont donc été relaxés.

X
X