Heureusement, c'était une fausse alerte....

Souvenez-vous le 7 novembre 2018, une policière de l’anti-terrorisme, ancienne membre de la DGSI, s’était présentée à l’hôpital de Dunkerque, affirmant avoir sur elle des explosifs. C’était une fausse alerte, mais les forces de l’ordre avaient découvert sur elle des documents classés top-secret. La suspecte avait été interpellée et internée en psychiatrie. Elle a été jugée le mois dernier à Lille pour détention de pièces confidentielles. Les juges viennent finalement de la relaxer. 

 


X
X