Un rassemblement d'enseignants s'est tenu ce lundi devant le lycée professionnel Guy Debeyre (© Delta FM)

Ce n’est pas la première fois qu’un enseignant débutant est muté loin de son domicile. Véronique, récemment lauréate du concours de l’éducation nationale en coiffure, en fait les frais. Depuis presque 18 mois, elle travaillait comme contractuelle au lycée professionnel Guy Debeyre de Dunkerque. Avec l’obtention du concours, elle est envoyée à Grenoble… malgré son ancienneté, ses trois enfants, et un conjoint salarié dans le dunkerquois. Et à Grenoble, on n’a pas vraiment besoin d’elle, contrairement à Dunkerque où son poste reste vacant.

Benjamin Dubiez, enseignant au lycée Guy Debeyre, représentant syndical CGT

 

La situation est difficile pour Véronique, mais aussi pour les enseignants du lycée Guy Debeyre… et à terme pour les élèves.

 

Seul le ministère peut décider de réaffecter Véronique, qui en attendant a été placé en congé parental sans qu’elle en ait fait la demande. Pour faire bouger les choses, une pétition en ligne a déjà recueilli plus de 23.000 signatures.

 

 

 

 

 

 

X
X