Plusieurs dizaines de Dunkerquois se sont portés volontaire pour devenir “pisseurs”. Ils rejoignent un mouvement qui est né en 2008 dans l’Ariège. Le but est de donner son urine pour l’analyser et pouvoir détecter la présence de glyphosate.

Après un appel de l’association ATTAC Flandre, une réunion d’information avait lieu à Dunkerque jeudi dernier à la Maison de l’environnement. Objectif : mettre en place une “pisserie” à Dunkerque et trouver des volontaires. Dominique Plancke, référant régional de la campagne des “pisseurs volontaires” était présent :

Il faut savoir que tout ça à un coût. L’analyse coûte 85€, auxquels il faut ajouter des frais d’huissiers, ce qui reviendrait à environ 135€. Une note qui n’a pas freiné une bonne trentaine de volontaires comme Colette et Marie :

Les associations organisatrices comme ATTAC Flandre et les Amis de la Terre vont essayer de trouver des moyens de baisser le coût de l’analyse. En attendant, la date a été choisie, ce sera le 11 janvier très tôt le matin.

X
X