La violences contre les cyclistes, de plus en plus présente sur les routes depuis plusieurs mois... (© Delta FM, archives)

Deux Ghyveldois condamnés après avoir agressé des triathlètes.

Delta FM avait relayé cette affaire en mars dernier. Un groupe de jeune triathlètes de Dunkerque avait été agressé lors d’un entraînement entre Ghyvelde et les Moëres. Une voiture leur avait barré la route, à la limite de les renverser, ils avaient ensuite été agressés, frappés, des plaintes avaient été déposées. Deux hommes comparaissaient ce mardi à la barre du Tribunal de Dunkerque pour violences aggravées et violences en réunion. Une affaire qui aurait pu être bien plus grave…

« Une voiture qui arrive comme une balle sur des triathlètes, une scène traumatisante qui aurait pu être bien plus dramatique ». Ce sont les mots forts de la Procureur de la République lors de ce procès. Procès d’une certaine violence d’ailleurs sur les routes depuis plusieurs mois. Cette semaine, à Lyon, un cycliste est mort après une chute, percuté par deux véhicules.

En cette journée un peu froide du mois de mars, Arthur encadre quatre jeunes triathlètes Dunkerquois. Le groupe d’espoirs, certains n’ont même pas 14 ans, voit arriver une voiture bloquer la route. Deux individus en sortent, très énervés, un père de famille et son beau-fils. Ils foncent vers les ados qui vont voir leur vélo, des machines de compétitions à plusieurs milliers d’euros, jetés à terre, ils sont aussi frappés. Ce qui est reproché aux victimes? Des insultes à la femme d’un des deux prévenus un peu avant les faits alors que cette dernière promenait son chien. Les sportifs assurent qu’il n’y a rien eu, que ce n’est pas eux, qu’ils n’ont importuné personne, incrédules devant ce déchaînement de coups. Difficile de prouver ces insultes. Par contre, ce qui existe, ce sont les blessures des jeunes garçons, suite à la bagarre. L’un d’eux reçoit deux jours d’ITT.

Jamais inquiétés par la Justice, les deux hommes sont condamnés à quatre mois de prison avec sursis. Pour les victimes, les blessures ne sont pas vraiment physiques mais surtout morales, traumatisantes, certains n’ont pas repris l’entraînement après cette affaire.

X
X