© Vous pouvez récupérer les données de ces nouveaux capteurs via une application pour smartphone.

Si vous êtes fragiles, asthmatiques notamment, les pollutions aux pollens peuvent vous pourrir la vie…

Des pollutions qui sont fréquentes dans la Région, notamment lors des jours de beau temps. Pour se protéger, il existe des solutions, se protéger, prévenir ce type de pollution. Jusque-là, les capteurs qui mesuraient la présence de pollens étaient situés à Lille et à Amiens. Mais leur présence se développe. Exemple dans le Dunkerquois.

25% de la population mondiale est touchée par des allergies aux pollens, un quart de la population. En France nous trouvons trois millions d’asthmatiques allergiques, un chiffre qui ne fera qu’augmenter avec le réchauffement climatique. Et ce n’est pas juste une question de nez qui coule ou de toussotement, ces allergies en France provoquent chaque année sept millions de jours d’arrêt de travail.

Alors ces nouveaux capteurs, ce n’est pas une solution miracle, ils ne vont pas purifier l’air. Mais ils vont permettre de travailler plus en amont, de mieux prévenir les personnes sensibles, s’organiser, pourquoi pas du télétravail les jours d’alerte. Ces nouveaux capteurs sont à Cappelle-la-Grande, Dunkerque, Loon-Plage, Téteghem, bientôt Zuydcoote et les Flandres. Des capteurs plus modernes que les anciens, avec encore plus d’informations, sur le type de pollens notamment, quels arbres, est-ce que c’est du bouleau, du noisetier, est-ce que c’est de l’ambroisie.

Ces chiffres, vous pouvez les obtenir via l’application pour smartphone Live Pollen. Ou en écoutant Delta FM, qui vous donne régulièrement des informations sur ce type de pollution.


X
X