Les agriculteurs tentent de sauver ce qui peut l’être en creusant des tranchées dans les champs pour évacuer l’eau

Douche froide pour de nombreux agriculteurs de notre région. Les pluies abondantes ont des conséquences importantes sur les récoltes de pommes de terre. Certains producteurs risquent de perdre 30 à 40% des récoltes.

La pluie était attendue par certains, mais pas à ce niveau-là. Depuis le 20 septembre dernier, entre 150 et 200 millimètres sont tombés par endroit, une quantité très importante qui a de graves conséquences sur les récoltes de pommes de terre, culture très présente dans la région.
Si la patate n’est pas réputée fragile, il existe malgré tout un seuil de tolérance. En cas de pluie, et donc d’un certain taux d’humidité, les agriculteurs ne peuvent récolter sous peine de s’enfoncer dans les champs avec leurs machines. Il faut donc attendre… Le problème, c’est que depuis un mois, il pleut continuellement, ce qui a empêché une majorité d’entre eux de récolter le précieux tubercule. Ce dernier ne risque rien, à une condition : que la terre absorbe suffisamment l’eau de pluie, et que cette eau ne stagne pas entre les petits monticules présents dans les champs. C’est ce qui arrive pourtant depuis quelques jours, des flaques se sont formées, et les pommes de terres qui se situent au fond de ces monticules pourrissent. Ce sont d’ailleurs les plus grosses pommes de terre, les plus intéressantes en termes de tonnage qui sont touchées les premières. Certains agriculteurs du coin risquent de perdre entre 30 et 40% de leurs récoltes… Ils en sauront plus dans une dizaine de jours.

X
X