Alors que le gouvernement réfléchit à placer des policiers dans les établissements scolaires, les enseignants de la Côte d’Opale, eux, haussent le ton. Ils sont contre cette idée. Pour eux, la place des policiers n’est pas dans les lycées et collèges, même si la violence scolaire est bien présente. Une violence issue de difficultés économiques, sociales. Les enseignants estiment qu’il faut plus d’adultes pour encadrer les élèves, des CPE, surveillants, infirmières… Les annonces du gouvernement sont attendues d’ici le 15 décembre.

Pour Thierry Quétu, secrétaire régional FSU, il faut surtout davantage d’adultes, d’encadrants, dans les établissements :

Et pour lui, c’est la violence sociale qui génère les difficultés actuelles :

X
X