Passeports, cartes d’identité, visa : la police aux frontières de la Côte d’Opale confrontée à de faux documents qui ressemblent de plus en plus aux vrais. Pour faire face à l’inventivité des faussaires, les fonctionnaires disposent d’un matériel de haute technologie : loupe, rayons UV, lumière rasante, et même un fourgon mobile pour passer les documents au crible. Chaque année, plus de 1 000 faux documents sont saisis par la PAF, que ce soit au port de Calais, à Eurotunnel ou à la frontière belge.

Pour éviter de se faire prendre, les faussaires investissent dans du matériel informatique de haute qualité, qui leur permet de créer des documents qui ressemblent de plus en plus à des vrais. Laurent travaille à la police aux frontières à Coquelles. Il livre une guerre sans merci aux fraudeurs :

X
X