Les moules meurent sur nos côtes. Un fort taux de mortalité a été constaté sur les côtes d’Equihen à Gris Nez fin février. Les premières investigations n’ont rien donné, on ne connaît pas la ou les causes de cette mortalité. Aujourd’hui, le phénomène s’est calmé, mais les services de l’Etat et d’IFREMER restent vigilants. A noter pour les pêcheurs à pied que la pratique reste ouverte sur touts les gisements boulonnais, sauf sur les communes de Wissant et de Sangatte.

Cet été, il y a eu une bactérie qui touchaient les coquillages… mais cet épisode est désormais terminé. Il y a donc une autre explication, et personne ne la connaît. En attendant, les moules de la Côte d’Opale meurent les unes après les autres, et les pêcheurs à pied du littoral, comme Claude Seillier, sont inquiets :

Actuellement, Claude Seillier importe des moules du littoral normand et des côtes anglaises. Selon lui, le goût ressemble à la moule de la Côte d’Opale. Et le prix devrait rester le même pour les consommateurs.

X
X