Depuis le 1er janvier, le Royaume-Uni ne fait plus partie de l’Union Européenne. L’une des potentielles conséquences pour nous, pour la Région, ce sont les embouteillages, du fait de la hausse des contrôles. Les premiers jours se sont bien passés, mais c’était les vacances, le week-end. Le vrai Brexit débute cette semaine. Alors, allons-nous de nouveau retrouver une A16 saturée ? Pas forcément.

Déjà rappeler la bonne nouvelle de ce Brexit, c’est l’accord, notamment sur les droits de douane, qui ne bougent pas, et on est en plein dans le sujet puisque si à la fin de l’année vous aviez des files de camions sur l’autoroute, c’était pour faire le plein de champagne, de fromages, de produits français au cas où ces droits exploseraient. Et pour ceux qui vont au Royaume-Uni via Eurotunnel, en voiture, il n’y aura pas beaucoup plus de contrôles. Là aussi pas de souci. Avec 280 douaniers en plus pour vous aider.

Pour les camions, hausse des contrôles par contre, mais pas forcément hausse des embouteillages. Ces nouveaux contrôles peuvent être anticipés, informatisés, nous vous en avons déjà parlé sur Delta FM. Quand les poids lourds arrivent au port de Calais, de Loon-Plage, il n’y a plus rien à faire si tout a été fait en amont. Alors, si toutes les entreprises jouent le jeu, ça peut le faire. Les fédérations de transports routiers pour l’instant n’y croient pas trop. Des zones de stockages sont malgré tout prévues, dans l’Audomarois, le Dunkerquois…

Et pour éviter que les réseaux secondaires ne soient saturés, on pense à la D601 du côté de Gravelines, à la D300, les forces de l’ordre seront là pour veiller. La gendarmerie et les militaires de l’opération Sentinelle vont se disposer notamment dans les Flandres pour vérifier que les camions ne squattent pas les petites routes.

X
X