Emmanuel Macron soutient les 1 130 forces de l’ordre présentes à Calais, mais met l’accent sur la déontologie. Pour le Chef de l’Etat, hors de question d’accepter que les policiers et gendarmes soient visés par de fausses accusations de violence contre les migrants. A l’inverse, si ces faits sont avérés, ils seront lourdement sanctionnés. Par ailleurs, le Président de la République a salué l’action des forces de l’ordre à Calais, et annoncé la mise en place d’une prime exceptionnelle pour les policiers et gendarmes affectés de manière permanente à Calais.

Le Président de la République a fait le point sur les accusations dont font l’objet les forces de l’ordre à Calais. Des accusations de personnalités publiques et d’associations qui dénoncent des actes de violence à l’encontre des migrants. Le Chef de l’Etat veut être intransigeant sur le dossier, mais affiche son soutien aux 1130 fonctionnaires présents à Calais. Reportage :

X
X