La Ministre de la Mer est en visite surprise ce dimanche matin au CROSS Gris-Nez, à Audinghen. Annick Girardin y rencontre une délégation de pêcheurs du littoral Hauts-de-France pour évoquer le dossier du Brexit et des licences de pêche manquantes.

Onze mois après le Brexit, environ 150 bateaux français attendent toujours les autorisations pour poser leurs filets dans les eaux britanniques. Alors que les négociations entre Bruxelles et Londres piétinent, la Ministre de la Mer a annoncé jeudi qu’une enveloppe « de 40 à 60 millions d’euros » pourrait être débloquée pour mettre en place un plan de sortie de flotte. « L’objectif de la rencontre avec les pêcheurs est de réexpliquer et commencer à discuter de la suite ensemble. Ce plan de sortie de flotte, qui est une des options posées sur la table, doit être organisé » précise son entourage.

La visite d’Annick Girardin intervient alors que plusieurs élus ont vivement critiqué l’action du gouvernement dans le dossier Brexit. « Le plan de sortie de flotte, c’est la mort de la pêche. Cela veut dire qu’on envoie des bateaux à la casse, qu’on vide nos ports de leurs unités de pêche » a regretté le maire de Boulogne-sur-Mer Frédéric Cuvillier, réclamant que l’Europe mette en place « des mesures d’accompagnement » pour les marins. De son côté, Xavier Bertrand, président de la Région des Hauts-de-France et candidat à la primaire LR pour la Présidentielle, a de son côté accusé le gouvernement de capituler et d’abandonner les pêcheurs

Face à ces critiques, c’est le Président de la République Emmanuel Macron a pris la parole, vendredi: « Nous ne lâchons pas, et nous ne lâcherons pas les pêcheurs » a déclaré le chef de l’Etat, indiquant qu’il avait demandé à la commission européenne de se battre pour obtenir les licences manquantes. « Si la commission ne joue pas son rôle, la France le fera » a assuré Emmanuel Macron lors d’un déplacement dans les Hauts-de-France.

Aux côtés d’Olivier Leprêtre, président du comité régional des pêches en Hauts-de-France, Annick Girardin a précisé que 739 licences définitives avaient déjà été obtenues pour la zone économique exclusive, 116 pour Jersey et 106 pour la bande des 6-12 miles. A ce jour, 150 bateaux français attendent toujours leur licence, dont 52 dans la bande des 6-12 miles.

Pourquoi cette rencontre au CROSS Gris-Nez ?

Une discussion franche et directe. Voilà ce qu’a souhaité la Ministre de la Mer. « Le CROSS Gris-Nez appartient au Ministère de la Mer, a rappelé Annick Girardin face aux pêcheurs. Ici, on est chez nous. Il n’y a pas d’élus. Certains n’apprécieront peut-être pas, mais c’est comme ça« . 

X
X