Jacques Gounon (à gauche), le PDG d'Eurotunnel (© Delta FM)

La France et l’Angleterre renforcent leurs échanges d’électricité ! Vous ne le savez peut-être pas, mais il existe déjà une liaison électrique qui permet à la France de récupérer de l’électricité de Grande-Bretagne, et vice-versa. Une autre interconnexion va voir le jour en 2020, grâce au projet Eleclink. Le projet a été lancé jeudi matin par le ministre de l’énergie britannique Jesse Norman, et par Jacques Gounon, le PDG d’Eurotunnel. La particularité du projet, c’est en effet que les câbles vont passer par le Tunnel sous la Manche. Ils permettront à la France et le Royaume-Uni de s’échanger une capacité d’un gigawatt en continu… et donc de fournir en électricité l’équivalent d’1 600 000 foyers. Coût du chantier : 580 millions d’euros.

Il existe déjà une interconnexion électrique entre la France et la Grande-Bretagne, mais il s’agit d’une liaison sous-marine. Là, la particularité de ce projet, c’est que les câbles passeront par le tunnel sous la Manche. Après avoir transporté des voitures et des camions, le groupe Eurotunnel va donc bientôt transporter de l’électricité. Ce qui devrait lui rapporter 100 millions d’euros par an. Ecoutez son PDG, Jacques Gounon :

En récupérant l’électricité produite en France, l’Angleterre va pouvoir plus facilement atteindre son objectif de “zéro charbon” à l’horizon 2025. La France, elle, pourra également récupérer l’électricité de Grande-Bretagne, en cas de pics de consommation ou de prix du marché avantageux.
X
X