La marche silencieuse des veuves et des victimes de l’amiante a rassemblé 250 personnes en avril dernier

Coup dur pour les veuves et victimes de l’amiante de Dunkerque, la justice vient de demander la fin à 20 ans d’investigations dans plusieurs enquêtes pénales, notamment dans le dossier de la Normed, les anciens chantiers navals de Dunkerque. Selon nos confrères du Parisien, la justice a estimé qu’il était impossible de déterminer les dates d’exposition et de contamination des victimes. Décision qui pourrait donc aboutir à un non-lieu… la justice devait se prononcer le 15 septembre prochain sur des mises en examen de plusieurs protagonistes dans le dossier de la Normed.

Les politiques n’ont pas tardé à réagir à cette annonce. Dans un communiqué, le député Paul Christophe indique qu’il déposera très prochainement une proposition de loi visant à réviser la loi Fauchon… Pour défendre les victimes de l’amiante.

De son côté, le député Christian Hutin parle d’un “profond mépris pour les victimes de l’amiante” et en appelle solennellement au Président de la République. Il demande à Emmanuel Macron de “donner des instructions très précises sur la nécessité d’aboutir sur ce dossier. Avec des engagements précis, quantifiés, avec des dates et des objectifs “.

La justice devait se prononcer le 15 septembre prochain sur des mises en examen de plusieurs protagonistes dans le dossier de la Normed. En attendant, cette décision provoque la colère de Pierre Pluta, le président de l’ARDEVA :

X
X