© Delta FM

La quinquagénaire comparaissait depuis 3 jours devant la cour d’assises du Pas de Calais, à Saint Omer, pour avoir mis le feu à son compagnon, à leur domicile de Desvres il y a 2 ans.  L’homme a été brûlé au 3eme degré sur la moitié du corps. Il est défiguré et handicapé à vie.

Delta FM a suivi son procès. Au deuxième jour, Marie-Josée Boidin a dit pardon a son ex conjoint : “Je pense qu’il a souffert, je ne voulais pas le faire souffrir”. Mais les faits sont là. Il y a 2 ans, à leur domicile à Desvres, elle l’a aspergé d’alcool à brûler et a mis le feu. Jean-Michel Mollard est aujourd’hui brulé à plus de 50% sur tout le corps. Un homme défiguré qui témoigne cet après-midi à la barre. Il n’a pas beaucoup de souvenirs d’une vie commune de 5 ans, sauf les interventions répétées des gendarmes au domicile du couple. C’est l’accusée qui appelait les militaires se plaignant de violence. Les gendarmes ont dans leur rapport plus souvent relevé son hystérie. Deux ans avant le drame, elle avait déjà aspergé son conjoint, qui avait pris la fuite. L’audience se poursuit aux assises de Saint-Omer.

2ème jour hier du procès de Marie-Josée Boidin. Cette femme, il y a 2 ans à Desvres, a aspergé son compagnon d’alcool à bruler et a mis le feu. Jean-Philippe est aujourd’hui totalement défiguré, 50 % de son corps est brulé. Il est méconnaissable. Hier aux assisses de Saint-Omer, la prévenue a demandé pardon. Reportage :

X
X