On s’en doutait, à partir du 15 décembre, l’allégement du confinement sera moins important qu’espéré. La faute à une situation sanitaire toujours critique.

Un point sur la situation sanitaire 

Pour le premier Ministre Jean Castex, “c’est probablement en France que la situation a le mieux évoluée en six semaines”. Le nombre de nouveaux cas quotidiens a été divisé par cinq depuis le début du reconfinement. Mais la deuxième vague n’est pas encore passée. Et la dynamique de l’épidémie a arrêté de baisser depuis une semaine. Selon Olivier Véran, le ministre de la santé, on peut l’expliquer de deux manières : d’abord un relâchement collectif et un facteur climatique : le froid. 

Un couvre-feu dès mardi

Dès le 15 décembre, il ne sera plus nécessaire d’avoir une attestation pour se déplacer en journée. Un couvre-feu sera, en revanche, mis en place entre 20h et 6h du matin. Il aurait dû démarrer à 21h si les indicateurs sanitaires le permettaient. Quelques dérogations seront permises le soir, avec attestation, pour les déplacements domicile-travail, les déplacements pour raison de santé, pour motif familial impérieux, pour mission d’intérêt général et pour sortir un animal de compagnie. En cas de non-respect, l’amende forfaitaire de 135 euros s’appliquera. “Il n’y aura pas de consigne d’indulgence” selon Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur.

Pas de dérogation pour le 31 décembre

Le couvre-feu ne sera pas en vigueur le 24 décembre. Mais il faudra fêter le réveillon dans le respect des règles sanitaires, soit pas plus de six adultes à la fois. En revanche, pas d’exception pour le 31 décembre qui “concentre tous les ingrédients d’un rebond épidémique” selon Jean Castex. Les déplacements inter-régionaux seront autorisés en journée. 

Les cinémas, théâtres et stades resteront fermés

Les établissements culturels vont rester fermés pour trois semaines supplémentaires. Car les “conditions ne sont pas réunies” pour permettre la réouverture actuellement, selon Jean Castex. On saura également le 7 janvier si les stades pourront à nouveau accueillir le public. Pour les autres établissements, l’échéance du 20 janvier est maintenue. 

Et enfin, il n’est pas conseillé de se faire tester avant les fêtes : “N’utilisez pas le test comme une sorte de totem d’immunité” a indiqué le ministre de la Santé, Olivier Véran.

X
X