Les professionnels du port de Boulogne dénonçaient une taxe “malvenue”.

Le groupe STEF, spécialisé dans le transport de marchandises agroalimentaires, a envoyé il y a quelques jours un courrier à ses clients annonçant une majoration de ses tarifs de 8,5%, pendant la période du confinement. A Boulogne, comme dans d’autres ports français, la pilule est mal passée. Face à la levée de boucliers, le groupe STEF a finalement fait machine arrière.

Les entreprises de Capécure, déjà fortement impactées par le coronavirus, étaient montées au créneau contre cette décision. Le groupe STEF, qui achemine le poisson frais dans les magasins et chez les grossistes, a donc décidé de suspendre temporairement cette surtaxe, destinée notamment à financer les heures supplémentaires de ses chauffeurs routiers et collaborateurs.

Des discussions sont entamées avec les clients pour trouver des solutions sur le plan “économique” et “logistique” fait savoir le groupe STEF.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X