On en sait plus sur la mort des 2 femmes retrouvées dans un appartement de la rue de la Tour d’Odre, jeudi 9 mai, à Boulogne. Si la piste criminelle est écartée, l’état de momification des cadavres ne permet pas de définir les causes de la mort.

Une semaine après la découverte macabre au premier étage d’un immeuble du quartier Saint-Pierre, l’émotion est toujours aussi vive. Les questions autour de la mort, elles, trouvent progressivement des réponses. S’il n’a pas été en mesure de déterminer précisément les circonstances du drame, le médecin légiste qui a examiné les corps émet cependant une hypothèse. “Selon lui, la dame la plus âgée, de 78 ans, serait décédée de mort naturelle. Sa fille âgée de 51 ans, en revanche, se serait suicidée. Lorsque la découverte a été faite, les deux corps étaient enlacés” explique le Procureur de la République Pascal Marconville. L’autopsie a également permis de déterminer que la mort des 2 femmes remontait à 8 mois. S’il n’y a quasiment plus aucun doute sur l’identité des victimes, le parquet a néanmoins demandé des examens complémentaires. Des prélèvements musculaires ont été réalisés afin d’effectuer des tests ADN. Cela permettra de remettre les dépouilles aux familles: des cousins d’Allemagne et d’Espagne se sont en effet manifesté auprès des autorités.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X