Ce troisième jour d’audience a une nouvelle fois été éprouvant pour les parties civiles. Plusieurs victimes se sont succédées à la barre pour raconter leurs années de souffrance. L’accusé, lui, reste sur sa ligne de défense.

Comme en septembre 2019 lors du premier procès Dubois, les victimes défilent à la barre depuis le début des débats. Hier, Samuel et Mathieu ont pris la parole pour raconter les viols et les agressions qu’ils auraient subi de la part de l’accusé. Des proies, sous emprise psychologique… Une psychologue a pris la parole pour expliquer ce mécanisme d’emprise qui, aussi curieux que cela puisse paraître, a amené les victimes à retourner chez leur bourreau, même à l’âge adulte. Dans son box, Sylvain Dubois reste stoïque, il affirme ne pas comprendre ces accusations, il n’y est pour rien, il n’a rien à se reprocher. Seul moment d’émotion, qui casse la carapace, lorsqu’il évoque sa mère, présente dans la salle. On a l’impression de revivre le même procès qu’à Douai, les positions n’ont pas varié, une constante aussi : la souffrance des victimes présumées qui s’est encore amplifiée. Michaël a mis fin à ses jours, d’autres ont replongé dans la drogue, juste avant ce procès en appel.

Le procès se poursuit. Aujourd’hui, une nouvelle victime s’exprimera, il s’agit de Riccardo Rodriguez. Le verdict est attendu vendredi.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X