Les parents de la petite Ambre sont jugés pour 3 jours devant la cour d’Assises audomaroise. En mai 2015, leur bébé était décédé après avoir vécu un véritable calvaire dans leur appartement de la rue des Bleuets de Saint-Omer. Le rappel des faits.

Le 15 mai 2015, deux jeunes parents appellent les pompiers pour signaler que leur bébé ne va pas bien. Transportée à Helfaut, au vue de la gravité de ses blessures, la petite est rapidement transférée à l’hôpital Jeanne de Flandres à Lille, où elle décédera 6 jours plus tard. Traumatisme crânien, fracture du fémur… c’est une certitude, Ambre a été martyrisée, elle a vécu un véritable calvaire.
Le 19 novembre de la même année, une reconstitution du drame est réalisée. Le père, âgé de 25 ans à l’époque, est initialement poursuivi pour violences habituelles sur mineur de 15 ans, ayant entrainé la mort, faits requalifiés en actes de barbarie sur mineur de moins de 15 ans, ayant entrainé la mort, requalification due aux violences inouïes constatées par les enquêteurs lors de cette reconstitution. Il est depuis, en détention provisoire.
La mère, elle, est poursuivie pour privation de soin et abstention volontaire d’empêcher un crime.
Ce drame avait suscité une vague d’effroi et d’indignation dans l’Audomarois, plusieurs dizaines de personnes s’étaient d’ailleurs rassemblées devant la tombe de la petite, à Saint-Omer. Deux ans après les faits, c’est cette page douloureuse que la cour d’Assises va devoir rouvrir.

Delta FM suivra bien sûr l’intégralité de ce procès. Il s’ouvre ce mercredi et s’achèvera vendredi.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X