© Delta FM (Photo d'archives)

Vendredi, c’était le conseil municipal de Saint-Omer. A l’ordre du jour : le débat d’orientation budgétaire, qui permet de présenter les orientations du budget 2020 et d’en débattre. Et forcément, à quelques mois des municipales, ce débat avait un avant-goût de campagne pour les élections.

Pour commencer, quelques éléments à retenir. En 6 ans, les dépenses de fonctionnement ont baissé de 3,7 millions d’euros à Saint-Omer. Pour deux raisons : le transfert de compétences à la CAPSO pour 1,5 millions et des efforts faits par la ville pour plus de 2 millions. Dans le même temps, la population a augmenté d’environ 500 habitants. La majorité se targue également d’avoir une dette équivalente à celle de 2013, soit près de 19 millions d’euros. Et pour finir, sur ce mandat, la municipalité a investi 38 millions dans différents projets.
Naturellement, cet exposé a permis à la majorité en place de représenter longuement les grands projets de ce mandat : le moulin à café, le chantier des 3 places ou encore la rénovation de l’immaculé conception. D’évoquer aussi les projets structurants des mois à venir comme la rénovation de l’église Saint-Denis ou la poursuite des 3 places.
Une démonstration qui n’a pas laissé l’opposition indifférente. La population a augmenté ? Certes, mais le taux de pauvreté, lui, est toujours élevé, avec 30%. Quentin Bourgeois, candidat pour l’UPR, a souligné la future réforme de la taxe d’habitation. Et de son côté, Francis Doyer, déjà engagé dans la course aux municipales au côté de Bruno Magnier, l’ancien maire de Saint-Omer désormais EELV, a qualifié ce débat “d’outil de propagande”.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X