Deux septuagénaires accusés cette semaine d’abus de biens sociaux, d’organisation frauduleuse d’insolvabilité et de banqueroute au tribunal de Saint-Omer. Ces deux anciens gérants d’une société de bâtiment comparaissaient mardi pour des faits datant de 2011-2012. Compte rendu d’audience.

“La gestion, ça ne m’intéressait pas. Je faisais mon métier d’architecte et c’est tout”… Voilà toute la défense d’un des deux accusés qui comparaissait au tribunal de Saint-Omer cette semaine. Tout a commencé en 1999, ces deux amis de longue date, l’un ingénieur en bâtiment et l’autre architecte, décident de créer une société. Leur objectif : racheter des bâtiments pour les rénover ou en construire, afin de les revendre. Quelques années plus tard, alors proche de l’âge de la retraite, un conflit démarre entre leur société, dont ils sont tous les deux co-gérants, et deux promoteurs immobiliers sur fond d’honoraires non payés.
Le 21 décembre 2011, ils sont donc condamnés à leur payer par le tribunal de commerce de Boulogne une somme pour se régulariser. Peu de temps après, les deux hommes décident d’arrêter leur activité, se divisent l’argent de la société en deux et déposent le bilan… sans payer leurs créanciers.
Pour se justifier, ils expliquent qu’ils ne s’occupaient pas de la gestion, que c’était le comptable qui gérait. Ils réclament une facture. Et vont jusqu’à remettre en doute l’existence même d’un des deux créanciers et la légalité de leur condamnation.
Tous les deux ont un casier judiciaire vierge. Le procureur a requis 12 mois de prison avec sursis.

Le procureur a requis la relaxe pour l’organisation frauduleuse d’insolvabilité et banqueroute. Le délibéré sera rendu le 15 janvier prochain.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X