Le début de l’été a été chaud dans l’Audomarois et les records historiques de chaleur ont entraîné le lancement de l’alerte sécheresse en juillet. Dans le marais, si le niveau de l’eau n’a pas évolué de manière significative, sa qualité a été impactée.

Luc Barbier, chargé de mission au Parc régional des caps et marais d’Opale, s’alarme des conséquences d’une telle détérioration.

Le spécialiste le rappelle, chacun peut agir dans son quotidien pour diminuer son emprunte écologique et participer, à sa mesure, à la préservation de l’environnement.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X