Anne-Marie Defrance, de l'association Terres d'Errance (© Delta FM)

Il y a un mois, la préfecture du Nord a démantelé le camp de migrants de Saint-Laurent à Steenvoorde. Les bénévoles de l’association Terres d’errance savaient que cela se produirait. Le problème c’est qu’ils n’avaient pas connaissance de la date, et encore moins du déroulé des opérations. Les migrants ont été envoyés vers des Centre d’accueil et d’orientation. La décision a été prise par ordonnance sur requête, ce qui veut dire que le juge décide qu’il y aura expulsion et c’est incontestable. Depuis, l’association s’est organisée. Les bénévoles ont obtenu l’autorisation de l’évêché d’accueillir les réfugiés de 8h à 20h à la paroisse de Steenvoorde. Au-delà de cet horaire, les migrants doivent dormir ailleurs.

Les explications de Damien Defrance, président de Terres d’Errance :

Ça fait mal au cœur à Anne-Marie :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X