La centrale nucléaire de Gravelines

La centrale a dû s’adapter à la crise sanitaire. Contrairement à d’autres secteurs, celui du nucléaire ne pouvait ralentir ou stopper son activité, en raison des besoins importants en électricité. Un casse-tête pour les équipes d’EDF qui devaient maintenir la production, tout en diminuant drastiquement le personnel présent sur site. La centrale est passée de 3 000 salariés présents, à 900 pendant le confinement. Si le challenge a été relevé, la crise aura quand même un impact sur les chantiers et les arrêts de tranche prévus dans les mois à venir.

Les équipes d’EDF se sont mobilisés pour diviser les équipes et assurer la continuité de la production, passant de 3 000 personnes, à 900 sur site. Mais la crise aura tout de même des conséquences sur les travaux entrepris, et notamment les arrêts de tranche. Le détail avec Emmanuel Villard, directeur de la centrale nucléaire :

EDF y verra plus clair d’ici la fin de l’année.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X