Ses enfants ont vécu un calvaire pendant de longs mois dans leur appartement de Saint-Pol sur Mer. La mère de famille, sans emploi, sans formation et au parcours de vie chaotique, se montrait violente, infligeant des punitions à ses enfants et à ceux de son conjoint.

Tout a commencé en 2015 lorsque la fille aînée de la fratrie dénonce des violences subies à la maison. Violences confirmées par les autres enfants hébergés dans cet appartement saint polois, 7 au total. La mère de famille boit et devient violente, elle frappe, insulte, humilie ses enfants, mais aussi ceux de son conjoint, issus d’unions précédentes. Pendant plusieurs mois, les petits âgés de quelques mois à 15 ans subissent des punitions : coups de torchons quand l’exercice de maths n’est pas réussi par l’un, la nuit menottée à radiateur quand l’autre a fait une grosse bêtise. Les petits sont aujourd’hui traumatisés, l’un d’entre eux, âgé de 9 ans, viendra même témoigner devant le tribunal, énumérant les insultes et les coups reçus de sa mère. A la barre, elle reconnait quelques insultes, des fessées, mais nie les violences et les humiliations… “Vos enfants seraient tous des menteurs” clame un avocat des parties civiles, pas de réponse de la prévenue. Elle sanglotte, affirme qu’elle aime ses enfants, sans réussir à canaliser sa violence, incapable de gérer la fratrie seule, le mari étant souvent en déplacement pour le travail. Pour ces violences, ces maltraitances, elle écope de 18 mois de prison ferme, 12 autres mois avec sursis et mise à l’épreuve. Elle a interdiction de rentrer en contact avec les enfants pendant 2 ans, et devra dédommager les victimes pour un total de plus de 20 000 euros.

La mère de famille s’est également vue déchue de ses droits parentaux sur sa fille aînée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X