L’entreprise installée sur le port depuis 30 ans vient de passer à la vitesse supérieure. Face à la concurrence acharnée sur le marché de l’exportation de céréales, les dirigeants ont décidé de miser également sur l’import. Maïs, orge ou pellets de bois transiteront désormais en masse par le port de Dunkerque. Une opportunité pour se développer, gagner de nouveaux marchés et financier les 20 millions d’euros d’investissements en cours sur le site de Dunkerque.

Nord Céréales stocke des milliers de tonnes de blé chaque année. Leur provenance ? Des dizaines d’exploitations agricoles réparties au Nord de Paris. Près de 900 000 tonnes de blé, mais aussi de l’orge ou de la pulpe partent du port de Dunkerque vers le monde entier depuis les silos et les quais d’embarquement de Nord Céréales. Laurent Bué, président de Nord Céréales :

Le secteur de l’export de céréales est ultra-concurrentiel. Il faut donc trouver de nouveaux leviers pour Nord Céréales. La société a donc décidé de créer des filiales et de miser sur l’export. L’an dernier, 130 000 tonnes de maïs sont arrivées à Dunkerque. Nord Céréales mise aussi sur les pellets de bois, sorte de granulés, pour continuer à grandir et à investir :

Nord Céréales emploie aujourd’hui 31 personnes à Dunkerque.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X