Le CHD a été bouclé une grande partie de la journée suite à une alerte à la bombe. Un impressionnant dispositif de sécurité a été mise en place. Retour sur cette journée.

L’affaire débute dans la matinée. Arrivée dans une ambulance privée, une femme débarque à l’accueil de l’hôpital avec de nombreux bagages, des colis. Elle affirme que l’un d’eux contient une bombe, tout en tenant des propos assez incohérents. Elle veut “tout faire péter”.
Le plan Blanc est déclenché, le secteur du CHD est bouclé, une partie du personnel et des malades confinés, personne ne peut rentrer dans le quartier, impossible pour certains riverains de rentrer chez eux. Pompiers et SAMU sont renvoyés vers la clinique de Grande-Synthe et les hôpitaux de la région.
La femme, originaire de Dunkerque mais travaillant en région parisienne, à Gennevilliers, est rapidement appréhendée par les forces de l’ordre. C’est une policière, apparemment à l’arrêt depuis longtemps pour dépression. Les démineurs interviennent ainsi que le Raid. Finalement, ni arme ni explosifs ne sont retrouvés dans ses affaires. Elle est interpellée puis conduite à l’hôpital psychiatrique. Pour l’instant, on ne connait pas les raisons de son geste. Le blocage est levé en début d’après-midi.

Selon nos confrères du Phare Dunkerquois, le Raid a perquisitionné une maison à Grande-Synthe dans la matinée. L’adresse correspond à des proches de la femme interpellée au CHD. Mais il n’y a pour l’instant pas de lien entre les deux affaires.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X