La rentrée s’effectue sous tension pour les forces de l’ordre de la Côte d’Opale. Si la présence migratoire entraine toujours beaucoup de travail pour les policiers, les faits de violences sont en recul. Ce qui n’est pas du tout le cas chez nos voisins calaisiens où la situation est toujours très tendue sur les axes routiers notamment. Les affrontements avec les forces de l’ordre y sont fréquents. On estime entre 500 et 700 le nombre de réfugiés à Calais, et environs 300 dans le Dunkerquois, même si l’absence de camp fermé empêche le comptage précis. L’UNSA Police réclame des renforts dans les commissariats de Dunkerque et Calais.

Finis le camp de la Linière et la Jungle de Calais, les réfugiés se déplacent constamment, ce qui complique encore plus l’action policière. Cédric Canneson, délégué UNSA Police sur la Côte d’Opale :

Si la PAF Loon-Plage a été soulagée avec l’arrivée récente de renforts, le commissariat de Dunkerque, mais aussi celui de Calais, restent en sous-effectif selon l’UNSA Police. Le syndicat réclame donc des renforts.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X