© site gouvernement

Le Premier ministre Édouard Philippe et le ministre de la Santé, Olivier Véran ont donné une nouvelle conférence de presse ce dimanche. Ils ont fait le point sur la situation et précisé certains contours du déconfinement.

Voici les principales déclarations

« Notre vie à partir du 11 mai ne sera pas la vie d’avant », prévient Edouard Philippe
« Comme nous avons réussi le confinement ensemble, nous allons réussir le déconfinement. Ce sera notre prochain défi et nous allons y arriver »

Ecoles :

Edouard Philippe l’annonce. Toutes les écoles ne pourront pas rouvrir normalement, le 11 mai prochain. Et certainement pas dans les mêmes conditions qu’avant le confinement. Les écoles doivent rouvrir, de façon progressive, pour que le lien avec l’école puisse être de nouveau tissé, avec certains élèves qui ont décroché, parce que privés de tout contact avec l’école, depuis le début du confinement. Plusieurs hypothèses de reprise sont étudiées, notamment en fonction des différents territoires et de la façon dont ils ont été touchés par le coronavirus. Autre hypothèse : des reprises par moitié de classe, une utilisation des locaux différente.

Travail :

Le Premier ministre annonce que le télétravail devra se poursuivre au-delà du 11 mai dans les entreprises où c’est possible. Dans les sociétés où ce n’est pas possible, il faudra garantir l’application des mesures barrières et de distanciation sociale d’un mètre.

Transport :

Le Premier ministre annonce que le port du masque pourrait être obligatoire dans les transports publics à partir du 11 mai. « C’est probable », prévient Edouard Philippe.

Ehpad :

Le ministre de la Santé Olivier Véran annonce la reprise de visites familiales dans les Ehpad « sans contact physique » dès ce lundi. Ce droit de visite pour les familles se fera à la demande du résident dans des conditions très limitées : pas plus de deux personnes, pas de contact physique, mais un contact visuel. « Il faut trouver un équilibre entre sécurité et le maintien vital du lien social », explique le ministre de la Santé. Ce droit de visite pourra s’appliquer dans les mêmes conditions dans les lieux qui accueillent des personnes en situation de handicap

Economie :

Sur le plan économique enfin, ce point de situation a été l’occasion de rappeler une série de chiffres inquiétants: -36% d’activité économique, -43% d’activité dans l’industrie et -88% d’activité dans la construction. La crise économique sera « brutale » et « ne fait que commencer », a également prévenu le chef du gouvernement. « La production s’est presque arrêtée, la consommation aussi », a-t-il relevé, estimant que « jamais dans l’histoire du monde un tel arrêt aussi massif, aussi général, n’a été vécu ». La France s’attend à une récession de 8% de son PIB en 2020. L’objectif du gouvernement est de « sauvegarder ce qui peut l’être pour préserver demain ce qui peut l’être ». Une « idée simple mais une réalisation difficile ».

Sanitaire :

Le professeur Philippe a fait à nouveau une leçon de pédagogie à destination des Français. Et a redit des « évidences ». A commencer par le fait que l’épidémie n’est pas terminée. « La situation s’améliore progressivement, lentement mais sûrement. Mais nous ne sommes pas sortis de la crise sanitaire. Imaginer que l’épidémie serait derrière nous serait une erreur. Cette crise sanitaire fait encore des morts chaque jour », a-t-il rappelé. Dans cette très lente décrue, 30 610 malades sont actuellement hospitalisés, dont 810 nouveaux patients admis dans les dernières 24 heures. Mais avec un solde négatif avec 29 patients en moins.

X
X