© Facebook - Emmanuel Macron

Emmanuel Macron est réélu président de la République Française. Le second tour de l’élection présidentielle a livré son verdict ce dimanche soir. Le président sortant obtient 58% des suffrages pour La République en Marche, contre 42% pour Marine Le Pen, candidate du Rassemblement National. Un résultat plus serré qu’en 2017.

Dans le Pas-de-Calais, les résultats partiels (95%) placent Marine Le Pen en tête avec 57,74% des suffrages exprimés.

Peu après l’annonce des résultats, Marine Le Pen s’est exprimée, indiquant respecter la vérité des urnes, mais a dénoncé la violence de la campagne présidentielle. Elle considère son résultat comme « une éclatante victoire », et remercie les millions d’électeurs qui l’ont choisie, particulièrement dans les campagnes et territoires ruraux. Elle annonce poursuivre son action politique pour défendre les français et lance la bataille des législatives, qu’elle mènera. « Jamais je n’abandonnerai les français », ce sont les mots qui ont conclu le discours de Marine Le Pen.

Jean-Luc Mélenchon, arrivé 3e du premier tour de cette élection, a aussi pris la parole. Parmi ses premiers mots : « Marine Le Pen est battue. La France a refusé de lui confier son avenir, c’est une bonne nouvelle pour le peuple. » Le candidat de la France Insoumise estime aussi qu’Emmanuel Macron est le plus mal élu des président de la 5e république ». Il a aussi souligné le nombre élevé de bulletin nuls, et blancs. Le candidat invite aussi les électeurs à « ne pas se résigner et à entrer dans l’action ». En ligne de mire, les élections législatives des 12 et 19 juin.

Emmanuel Macron a tardé à s’exprimer… Il est apparu à la tribune vers 21h45. « Merci » a été son premier mot, répété plusieurs fois. L’émotion était présente pour le président réélu, qui a reconnu devoir en partie sa victoire au report des voix. « Je sais que nombre de nos compatriotes ont voté pour moi pour faire barrage au rassemblement national » a indiqué Emmanuel Macron, qui prend acte aussi de l’abstention, des différentes sensibilités exprimées lors du premier tour. Il a voulu rassembler les français : « je ne suis plus le candidate d’un camp, mais le président de tous et toutes ». 

 

 

 


X
X