Il n’y aura pas de nouveau confinement dans l’immédiat. Ce jeudi, le Premier Ministre Jean Castex a fait un point d’étape sur les mesures mises en place pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, sans annoncer de nouveau confinement.

« La situation reste particulièrement fragile » a rappelé le chef du gouvernement en préambule de son allocution, soulignant qu' »aujourd’hui, 6 malades sur 10 dans nos services de réanimation sont des malades de la covid« . 

Si , la France fait face, comme d’autres pays européens, au risque de propagation des variants, beaucoup plus contagieux que le virus classique. « Ces variants constituent une menace réelle. Ils sont présents sur notre territoire et progressent. En quelques semaines, la part des malades atteints par ces variants est passée 3,3% le 8 janvier à 14% aujourd’hui » a indiqué Jean Castex. 

Sur l’hypothèse d’un troisième confinement, le Premier Ministre a indiqué qu’il ne pouvait s’envisager qu’en tout dernier recours. Selon lui, « la situation ne justifie pas, à ce jour », un troisième confinement. « Le confinement, nous en connaissons l’efficacité au plan sanitaire. Mais le confinement, nous en connaissons aussi le coût économique, social, humain, et parfois même sanitaire. Nous mesurons tous les risques psychosociaux qui s’accumulent. Ayons bien conscience qu’un confinement, si on le souhaite efficace, signifierait la fermeture de nos commerces et de nos établissements d’enseignement » a-t-il rappelé. 

Insistant sur les efforts faits par les Français, le locataire de Matignon a prévenu: « Si nous sommes contraints à un nouveau confinement en raison d’une dégradation des indicateurs, nous n’hésiterions pas à prendre nos responsabilités. Mais l’objectif, c’est de tout mettre en oeuvre pour l’éviter. Nous devons tenir ensemble. Nous devons agir ensemble (…) tant que la vaccination n’aura pas permis de produire ses pleins effets« 

C’est pourquoi le gouvernement a décidé de maintenir les mesures en vigueur, notamment le couvre-feu à 18h, la fermeture des frontières hors Union Européenne et la fermeture des centres commerciaux non-alimentaires de plus de 20 000m². 

Le télétravail « impératif »

Jean Castex a ensuite rappelé l’importance de mettre en place le télétravail dans le maximum d’entreprises. « Télétravailler partout où c’est possible devient impératif. Or, depuis la fin de l’année, le recours au télétravail s’est réduit. Il y a encore trop de milieux professionnels où le travail serait possible mais n’existe pas du tout ».

De nouveaux rendez-vous de vaccination

Avançant le nombre d’un million et demi de vaccinations effectuée en janvier, le Premier Ministre s’est justifié sur la stratégie mise en place par l’Etat: « Il est exact que d’autres pays ont démarré plus rapidement que nous. Mais c’est un choix que nous assumons: celui d’avoir commencé par les publics les plus fragiles« . Selon M.Castex, « de plus en plus de Français veulent se faire vacciner. La campagne de vaccination suit désormais un rythme très soutenu. Il s’agit d’accélérer encore auprès des personnes de plus de 75 ans, les personnes atteintes d’une pathologie grave, et nos soignants (…) C’est pourquoi nous allons ouvrir dans les prochains jours, 1,7 millions de rendez-vous supplémentaires pour des premières injections: 500 000 rendez-vous fin février, ouverts à compter de demain, et 1,2 millions sur le mois de mars, ouverts dès le milieu de la semaine prochaine ».

Les vaccins bientôt en cabinet

Enfin, le Premier Ministre a annoncé que les nouveaux vaccins disposeront de conditions de conservation plus souples. Cela permettra, « d’ici la fin du mois« , de confier la vaccination aux médecins généralistes, pharmaciens et infirmiers.

X
X